Les premiers chiffres français des anomalies de naissance

09/04/2014
Catégorie :

L’Institut de veille sanitaire (InVS) vient de publier pour la première fois des estimations nationales sur le nombre d’anomalies congénitales en France. Des chiffres à prendre avec prudence, puisqu’ils ont été effectués à partir des données issues de sept régions françaises, soit un peu plus d’un cinquième des naissances.

Selon l’InVS, « la prévalence totale des nouveau-nés ou fœtus porteurs d’anomalies congénitales en France est estimée en 2011 à 3,3 cas pour 100 naissances, soit autour de 27.000 cas par an ».

Sur les 21 anomalies congénitales recensées, la trisomie 21 est la plus fréquente, soit une prévalence de 0,3 % des naissances. Sont ensuite concernés les hypospadias (1.700 cas), une malformation congénitale du pénis. Puis les fentes labio-palatines (« bec-de-lièvre »), les malformations du tube neural et les malformations cardiaques.