Vers la fin du paracétamol made in France

18/03/2014
Catégorie :

Rendre systématique la substitution du paracétamol de «marque» par des génériques menacerait plus d’un millier d’emplois en France. Si les syndicats espèrent voir le projet enterré, ils redoutent néanmoins des restructurations et la fin du paracétamol «made in France».

Molécule la plus vendue dans l’Hexagone, avec 500 millions de boîtes dont 80% sortent des usines Sanofi (Doliprane) et BMS UPSA (Efferalgan, Dafalgan), le paracétamol existe sous forme générique depuis longtemps. Mais il ne figure pas sur la liste des génériques que le pharmacien doit obligatoirement fournir à la place des médicaments prescrits.

Selon les syndicats, les usines d’Agen (BMS UPSA), de Lisieux et Compiègne (Sanofi) sont en péril, ce qui représente 1.130 emplois plus 4.000 autres dans les zones que ces usines font vivre.