Alzheimer, la maladie de l’oubli

Médecine et santé - AVENIR SANTÉ MUTUELLE - 04/06/2020

Le mot Alzheimer suscite, à raison, crainte et angoisse. Une personne atteinte de ce mal perd peu à peu la mémoire, ses facultés cognitives et son autonomie. Selon l’Inserm, 900 000 Français en souffrent, mais ces chiffres pourraient croître dans les prochaines années en raison de l’augmentation de l’espérance de vie.
Alors, quels sont les mécanismes de la maladie ?
Quels sont les premiers signes ?
Et, surtout, comment retarder l’apparition des symptômes ?

Les mécanismes de la maladie d’Alzheimer

Cette affection s’attaque au cerveau et plus précisément aux processus de mémorisation. Elle détériore d’abord les neurones de l’hippocampe, qui, comme son nom l’indique, est une zone du cerveau en forme de « cheval marin ». Cette partie du cortex cérébral joue un rôle essentiel dans le fonctionnement de la mémoire à court terme. Par la suite, la maladie se propage dans le reste du cerveau. La dégénérescence résulte à la fois de l’accumulation de plaques séniles, nommées également dépôts amyloïdes, et d’une déstructuration neuronale. Le développement de la maladie se fait sur plusieurs décennies.

Les premiers signes de la maladie d’Alzheimer

À l’exception de quelques cas rares incluant des formes héréditaires, cette maladie neurodégénérative touche les personnes de 65 ans et plus. Sa prévalence augmente avec l’âge. À son stade initial, elle se manifeste par :

● des troubles de la mémoire à court terme qui peuvent se matérialiser par un simple oubli du programme de la journée, la perte d’un objet fréquemment utilisé, etc. Ce sont les éléments les plus marquants, mais ils ne suffisent pas à établir un diagnostic,
● des difficultés à effectuer des tâches simples, une personne atteinte peut par exemple, être en train de préparer le repas du soir et se demander pourquoi elle est en train d’éplucher des légumes,
● des problèmes d’orientation spatio-temporelle, les malades d’Alzheimer perdent peu à peu les notions d’espace et de temps,
● des changements soudains dans les attitudes ou des modifications de traits de personnalité peuvent aussi mettre la puce à l’oreille de l’entourage. Une personne habituellement calme qui devient colérique en est un exemple,
● une perte de jugement ou d’esprit critique,
● des troubles du langage, le malade oublie des mots simples.

Consulter un neurologue

Les troubles de la mémoire ne sont pas toujours le fruit de la maladie d’Alzheimer, heureusement ! Mais, si vous doutez de votre état de santé ou si vous vous inquiétez pour celle d’un proche, prenez rendez-vous avec le médecin généraliste. Ce dernier pourra vous adresser à un neurologue. Ce spécialiste du cerveau et de la mémoire procédera, au besoin, à une série de tests incluant un bilan sanguin, une IRM et d’autres examens neurologiques. Il pourra par la suite, établir un diagnostic et proposer une prise en charge thérapeutique. À cet effet, AVENIR SANTÉ MUTUELLE propose une gamme spécifiquement adaptée aux besoins de santé des personnes de 55 ans et plus http://www.avenirsantemutuelle.fr/offres-sante/gammes-particuliers

Plus le diagnostic de la maladie est précoce, plus on peut en ralentir la progression. La compréhension des mécanismes d’Alzheimer s’affine d’année en année, permettant de caresser l’espoir d’un traitement dans un futur proche. Par ailleurs, aucun cas ne se ressemble et l’évolution n’est pas nécessairement désastreuse. Certains sujets vivant avec cette affection peuvent continuer de fonctionner à peu près normalement.

Retarder l’apparition des symptômes

Des facteurs de prédisposition comme l’âge, la génétique, l’hérédité, le niveau de scolarité, les comorbidités liées à des maladies chroniques comme le diabète, les habitudes de consommation d’alcool et de tabac, le manque d’activité physique, etc., ont été identifiés. Notre comportement n’a malheureusement aucune incidence sur certains d’entre eux. Mais, il est possible de changer la donne pour quelques-uns.

Ainsi, il est vivement conseillé de :

● rester actif physiquement et intellectuellement, quel que soit son âge,
● pratiquer une activité physique,
● avoir une alimentation équilibrée ; http://www.avenirsantemutuelle.fr/ma-sante-et-moi/thema-sante/comment-concilier-alimentation-saine-et-gourmandise
● lire ou faire tout autre type d’exercice cérébral. Le cerveau est comme un muscle, il faut l’entraîner,
● éviter les excès d’alcool ; http://www.avenirsantemutuelle.fr/ma-sante-et-moi/thema-sante/addiction-comment-se-debarrasser-de-la-dependance 
● voir les membres de sa famille ou ses amis, car la socialisation est très importante,
● arrêter de fumer.

Si vous avez des trous de mémoire, ne paniquez pas ! Ils peuvent aussi être anodins. Parlez-en avec votre médecin, il pourra probablement vous rassurer.

La Journée mondiale de la maladie d’Alzheimer est le 21 septembre.

AVENIR SANTÉ MUTUELLE utilise des cookies de fonctionnement et de statistiques pour réaliser des mesures d’audience et améliorer votre expérience sur ce site. En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt et l’utilisation de ces cookies. A tout moment vous pouvez modifier vos réglages en cliquant sur "Préférences de cookies" en bas de chaque page.

J'accepte

Paramétrez vos cookies

Afin de vous assurer une navigation optimale, nous utilisons plusieurs types de cookies.
Vous pouvez les désactiver au cas par cas.
Sachez toutefois que le fait de les désactiver peut vous empêcher d’accéder à certaines fonctionnalités.

Consultez notre politique de cookies

Statistiques

Accepter l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques et vous proposer des offres adaptées.

  • Non
  • Oui