Internet : le réseau de tous les dangers

Infos pratiques - AVENIR SANTÉ MUTUELLE - 13/04/2021

Indiscutablement, internet a profondément modifié nos modes de vie et la manière dont nous communiquons les uns avec les autres. En quelques décennies, des autoroutes mondiales de la communication ont fait irruption dans l’univers protecteur et jusque-là préservé de notre intimité familiale. Tout va désormais très vite, l’information est instantanée et accessible 24h/24, à partir d’un simple smartphone. Chaque individu, quel que soit son âge, et quelle que soit sa capacité d’analyse, a accès à un monde d’informations sauvages comme autant d’avantages précieux que de dangers extrêmes. Dès lors, tout est possible et mieux vaut en connaître les risques et les parades, pour tenter d’en limiter les dégâts qui peuvent, parfois, avoir des conséquences irréversibles.

Internet, comment ça fonctionne ?

Internet est un ensemble de réseaux informatiques tellement bien interconnectés les uns avec les autres qu’il fonctionne, au final, comme un réseau unique, accessible depuis chaque endroit sur la planète.

Tous les équipements numériques qui utilisent un protocole de communication appelé IP (Internet Protocol) ont accès à ce réseau. Ce mode de communication permet de faire circuler des données binaires, formées de 0 et de 1, qui, une fois traitées par des processeurs, les transforment en textes, en images, en sons, en vidéos, ou en commandes d’appareils.

Tout ce qui fonctionne avec un protocole de communication IP connecté à internet est accessible et peut être vu, modifié, actionné à distance depuis n’importe où et par n’importe qui dans le monde. Certes, il existe des moyens de limiter les accès par des mots de passe ou dispositifs pare-feux, mais en matière d’informatique, rien n’est impossible et même les réseaux les plus sécurisés au monde sont parfois sujets à des intrusions non souhaitées et souvent malveillantes.

 

Les dangers d’internet

Désinformation

Il y a des milliers de sources d’informations sur internet. Certaines sont réelles et avérées, d’autres sont trompeuses, fausses ou malveillantes. Difficile de s’y retrouver quand certains se sont fait un nom en publiant des informations sciemment erronées mais qui, sorties de leur contexte potache, deviennent virales et pèsent lourd dans la façon de penser des populations.

La crédibilité de chaque information doit être vérifiée avant de porter un jugement sur une théorie ou une opinion personnelle que n’importe qui aurait pu diffuser et qui passe parfois, comme par magie, du statut de théorie personnelle à celui de complot qui nécessite une forte mobilisation pour le combattre.

Usurpation d’identité

Internet facilite l’anonymat, la personne n’est pas en face de vous et communique au travers d’un outil informatique. Quoi de plus facile que de se faire passer pour un autre ? Avoir la possibilité de ne pas afficher sa propre identité permet toutes les supercheries. Prendre la place d’un autre est fréquent chez les personnes mal intentionnées pour changer de sexe et en tirer avantage, parler librement et sans filtre, agresser, berner, voler…

Les jeunes sont les plus vulnérables, car ils sont moins méfiants et se prennent facilement au jeu d’un(e) correspondant(e) avenant(e). Ils se laissent alors facilement abuser et peuvent être mêlés à des actes frauduleux ou belliqueux.

En parcourant les moteurs de recherche, il est possible de vérifier si quelqu’un a pris votre identité. Mais lorsqu’on s’en aperçoit, c’est souvent trop tard, le mal est fait.

L’article 434-­23 du code pénal punit de 5 ans d’emprisonnement et de 75 000 € d’amende l’usurpation d’identité.

Cyberintimidation  

Dans une cour d’école ou d’un lycée, on se chamaille, mais ça ne va jamais très loin, car la confrontation physique demande un certain courage et l’éducation nous en dissuade. Mais sur internet, tout est possible et, notamment chez le jeune public, les actes d’intimidation sont plus faciles. On se comporte derrière son écran comme dans un jeu virtuel sous couvert d’anonymat, en toute impunité, et l’ampleur de l’impact de ses actions est soigneusement ignorée. On se permet des actes auxquels on ne penserait même pas dans la vie réelle.

L’aspect viral d’internet fait qu’une simple plaisanterie, une moquerie ou insulte, peut avoir de graves conséquences sur les relations sociales de la personne visée, enfant ou adulte.

Pornographie

Même sans chercher ce genre de site, il est possible de tomber par hasard sur des publicités, des images ou des liens vers des sites pornographiques. C’est la principale inquiétude des parents qui retardent au maximum le moment où leur enfant pourra surfer en autonomie sur internet, y compris lorsque des applications de contrôle parental sont installées. Les sites de partages de fichier, dont les ados sont très friands, sont souvent associés à des images ou des liens facilement accessibles.

Internet a permis à la pornographie de s’installer partout, à son domicile, mais aussi sur son lieu de travail. L’apprentissage a été difficile, mais aujourd’hui, de plus en plus d’entreprises ont installé des systèmes qui permettent d’interdire les accès aux sites tendancieux depuis les équipements informatiques de leur réseau interne. Il est probable qu’elles aient alors gagné en productivité…

Perte d’efficacité

Le terme « surfer » sur internet est issu de cette facilité qu’offre le web de passer d’une page à l’autre, d’un site à l’autre, comme un surfer passe d’une position à l’autre au gré de la vague. Il est très fréquent en pleine recherche d’information, d’être distrait par une publicité qui s’ouvre de manière inopinée, une image qui vous incite à en savoir plus, un lien vers un site intéressant, ou une notification de message, au point qu’au final, vous avez complètement délaissé, voire oublié quelle était votre recherche initiale. L’avantage que présente la rapidité et la facilité d’accès à l’information sur internet est réduit par la masse de sollicitations auxquelles doit faire face l’internaute.

Contenus violents

La société moderne a banalisé la violence. Le cinéma, la télévision, les jeux vidéo, ont fait monter d’un cran le seuil de tolérance à la violence. Mais le résultat reste le même. Sur un public peu averti, ou en phase de se construire, comme les jeunes enfants, la violence peut avoir un impact sur la perception de ce qui est normal ou inacceptable, de ce qui est bien ou mal. Internet amplifie ce phénomène, car il permet d’avoir accès librement à des images, des textes ou des paroles, d’une violence inouïe, à la limite du supportable. Même si la diffusion d’actes de torture ou de sadisme sont passibles de peines de prison et d’amendes, le pire est toujours possible avec internet, notamment lorsque des groupuscules extrémistes font appel à internet pour recruter, loin des regards indiscrets, des jeunes parmi les plus vulnérables, sur des théories de fanatismes religieux ou racistes.

Spam

Plus de 50 % du trafic d’e-mails sont des spams, des messages non sollicités qui invitent pour la plupart à se diriger vers des sites plus ou moins douteux. Il s’agit le plus souvent de messages envoyés en masse à un nombre important de destinataires : des entreprises qui cherchent à vendre leur produit, des sites de vente en ligne, des sites étrangers de vente de produits de qualité non vérifiée, non conformes aux normes européennes ou interdits à la vente en France, etc… La plupart des logiciels de messagerie proposent des outils anti-spam. Il faut juste penser de temps en temps à vérifier qu’aucun message important n’a été « spammé » et vider régulièrement le répertoire spam ou courrier indésirable qui peut prendre très vite des proportions gigantesques.

Il faut éviter également de rediriger les messages du type « envoyez ce message à 10 correspondants et vous deviendrez riches. », ça encombre la bande passante et diminue les performances du réseau pour un résultat totalement inexistant.

Cyber dépendance

Internet est indéniablement un outil de découverte et un puits sans fond d’informations diverses et variées. Toutefois, si l’on n’y prend pas garde, au même titre que les jeux vidéo pour les enfants, on peut rapidement devenir dépendant et passer de nombreuses heures devant son écran au détriment d’activités plus en lien avec son entourage, la culture, le sport, ou tout simplement avec la nature. Comme tout autre forme d’addiction, la désocialisation guette l’internaute accro à son smartphone ou à sa tablette en le détournant des liens prioritaires qu’il se doit d’assurer avec ses proches, ses amis ou même son travail.

Jeux d’argent

Une autre forme d’addiction qui guette l’internaute est le jeu en ligne. Sans autre incidence qu’une désocialisation lorsque le jeu est non vénal, mais beaucoup plus dangereux lorsqu’il s’agit de jeux de paris, ou de jeux d’argent, comme le poker. Faciles d’accès, pratiques et anonymes (vous circulez sous un « pseudo »), de plus en plus d’adeptes de tous âges cherchent fortune en jouant leurs économies, voire plus, face à des « requins » professionnels du monde entier qui ne demandent qu’à vous accueillir à leur table.

De manière plus pernicieuse, certains jeux sur smartphones vous abordent, de manière sympathique dans un premier temps, avec une courte vidéo de démonstration. Ils vous proposent ensuite de jouer gratuitement. Vous faites quelques pas dans le jeu et très vite vous vous apercevez que, pour progresser, il faut mettre quelques euros pour débloquer certaines fonctionnalités. Attention, notamment au jeune public qui peut facilement se laisser entraîner, sans y prendre garde, dans un paiement annuel, mensuel, voire hebdomadaire qui peut très vite devenir une charge lourde pour la famille. En vérifiant vos comptes et les prélèvements cycliques même peu importants, vous pouvez identifier un abonnement non souhaité.

Arnaques

Véritable fléau des temps modernes, les arnaques sur internet se multiplient. Qu’il s’agisse d’acheter (ou de vendre) une voiture ou un appareil photo, de répondre à un appel à l’aide d’un ami, de donner ses coordonnées bancaires à un service public pour corriger une erreur, ou de se faire rançonner pour retrouver l’usage de son PC suite à un piratage, les méthodes des arnaqueurs sont de plus en plus audacieuses et efficaces.

La vigilance et la connaissance des risques est le meilleur atout pour se préserver de mauvaises surprises.

Des logiciels malveillants ou malwares (Malicious Software) de toutes sortes existent sous des aspects très différents. Ils sont conçus pour corrompre ou endommager un ordinateur, pour générer des liquidités, que ce soit en recueillant des informations bancaires ou d’autres informations sensibles :

  • Le logiciel espion, mouchards ou spyware : c’est un logiciel qui s’installe sur votre ordinateur ou vos appareils mobiles. Souvent inclus dans un logiciel gratuit, il s’installe à l’insu de l’utilisateur et permet de collecter des informations.
  • Les vers : ce sont des programmes qui sont capables d’envoyer une copie d’eux-mêmes à d’autres machines, par courrier électronique, réseau internet, etc… Ils détruisent petit à petit les fichiers (scripts, images, textes, pages HTML…), qu’ils contaminent.
  • Les keyloggers (enregistreurs de frappe) : Ils permettent d’enregistrer une série de frappes sur le clavier.

Quelques conseils pour vivre internet sereinement

La vigilance reste le premier rempart contre les dangers d’internet et les quelques conseils qu’AVENIR SANTÉ MUTUELLE vous propose pourraient vous éviter bien des désagréments.

Pour vous

 

  • A aucun moment, si votre correspondant n’est pas identifié à coup sûr, il ne faut donner ni son nom, ni ses mots de passe, ni son adresse, ni son numéro de téléphone.
  • Attention aux photos que vous diffusez et à qui vous les diffusez car elles seront peut-être utilisées un jour de façon malveillante.
  • N’ayez aucun propos de nature raciste ou haineuse, car même plusieurs années après, ils pourraient ressortir quand bien même vos opinions seraient très différentes.
  • Quand vous ne vous servez pas de votre webcam, occultez-la et évitez de vous mettre dans des situations devant votre webcam que vous ne voudriez pas revoir un jour sorties de leur contexte, même quand elle n’est pas utilisée !
  • Prêtez une attention toute particulière à ce que vous diffusez en général sur les réseaux sociaux ou votre blog, car il peut être consulté à votre insu.
  • Respectez les gens comme s’ils étaient devant vous.
  • Mettez à jour régulièrement les logiciels que vous utilisez.
  • Vérifiez lors d’un achat en ligne si le site est de type « https » c’est à dire sécurisé ou si un petit cadenas fermé est présent dans la ligne d’adresse.
  • Ne croyez pas tout ce qu’on vous dit sur internet, surtout si ça vous paraît trop beau pour être vrai, c’est sûrement parce que c’est faux (promesse de grosse somme d’argent, intermédiaire pour des transactions internationales…). Vérifiez les informations sur des sources différentes.
  • Ne cliquez pas sur des liens reçus par courriel surtout si c’est pour vous demander vos coordonnées bancaires (aucun organisme de paiement ne vous demandera cela).
  • Installez un bon antivirus/firewall.
  • Installez un bloqueur de publicité pour votre navigateur web.
  • Formez-vous, ou tout au moins, informez-vous des dangers d’internet.
  • Évitez le piège des théories conspirationnistes.
  • Choisissez un mot de passe complexe et changez-le régulièrement.

 

Pour vos enfants

  • Paramétrez votre navigateur pour contrôler les accès aux sites.
  • Installez un logiciel de contrôle parental.
  • Utilisez les sessions d’utilisateurs pour paramétrer chaque compte et mettez un mot de passe “secret” administrateur pour éviter que vos enfants n’installent des logiciels non souhaités.
  • Parlez d’internet avec vos enfants et de son utilisation.
  • Établissez un climat de confiance pour qu’ils puissent partager avec vous, même s’ils sont choqués par ce qu’ils ont vu sur internet. Construisez une sorte de “charte” d’utilisation.
  • Installez l’ordinateur dans une pièce de passage (pas dans une chambre d’enfant où il peut se lever la nuit, se désocialiser ou se faire intimider, harceler…).

En conclusion

Internet est un outil extraordinaire qui a fait faire au monde moderne un pas de géant dans le progrès et dans la préparation du futur. Mais il est aussi une source de dangers qui peuvent avoir des conséquences terribles. C’est pourquoi il est nécessaire de protéger les personnes les plus vulnérables (enfants, personnes âgées) en les aidant à mieux comprendre les dangers d’internet et à s’en préserver.

Pour votre sécurité, sur son site internet, AVENIR SANTÉ MUTUELLE met en œuvre les mesures techniques et organisationnelles appropriées afin de garantir un niveau de sécurité adapté au risque inhérent à des opérations de traitement, répondre aux exigences règlementaires (RGPD) et protéger les droits et les données des personnes qui consultent ou qui interagissent avec son site internet.

De plus, AVENIR SANTÉ MUTUELLE vous propose une protection exclusive contre les risques juridiques qui se manifestent sous formes de litiges, de conflits, ou de procès, dans de nombreux domaines, consommation, logement, travail, santé et internet ! Vous pouvez également bénéficier d’une protection contre les dangers liées à internet (Atteinte à l’e-réputation, usurpation d’identité ou encore litiges avec un e-commerçant) avec notre garantie contre les aléas de la vie. Pour en savoir plus sur nos offres prévoyance : https://www.avenirsantemutuelle.fr/autres-offres/gammes-prevoyance/

À lire aussi...

Addiction : Comment se débarrasser de la dépendance ?

Lire la suite

AVENIR SANTÉ MUTUELLE utilise des cookies de fonctionnement et de statistiques pour réaliser des mesures d’audience et améliorer votre expérience sur ce site. En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt et l’utilisation de ces cookies. A tout moment vous pouvez modifier vos réglages en cliquant sur "Préférences de cookies" en bas de chaque page.

J'accepte

Paramétrez vos cookies

Afin de vous assurer une navigation optimale, nous utilisons plusieurs types de cookies.
Vous pouvez les désactiver au cas par cas.
Sachez toutefois que le fait de les désactiver peut vous empêcher d’accéder à certaines fonctionnalités.

Consultez notre politique de cookies

Statistiques

Accepter l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques et vous proposer des offres adaptées.

  • Non
  • Oui