TSA, vers une meilleure compréhension des mécanismes moléculaires de l’autisme

Médecine et santé - AVENIR SANTÉ MUTUELLE - 30/05/2023

L’autisme, aussi appelé Trouble du Spectre de l’Autisme (TSA), est un dysfonctionnement qui affecte le développement du cerveau et se manifeste dès l’enfance. Il entraîne des difficultés dans la communication, les interactions sociales et les comportements. Bien que de plus en plus de personnes soient diagnostiquées, l’autisme reste encore peu connu et ses causes exactes pas encore bien comprises. Toutefois, grâce aux avancées en génétique et en biologie moléculaire, il existe maintenant de nouvelles pistes pour comprendre les mécanismes impliqués dans l’autisme.

Dans cet article, AVENIR SANTÉ MUTUELLE propose de faire le point sur les connaissances actuelles ainsi que sur les avancées les plus récentes dans ce domaine.

hétérogénéité génétique

L’autisme est un trouble complexe et varié qui peut se manifester de différentes manières chez les personnes qui en sont atteintes. Les recherches montrent qu’il peut être causé par différents facteurs génétiques et environnementaux. On estime qu’environ 1 % de la population en est atteinte, et que cela affecte plus souvent les garçons que les filles (4 garçons pour 1 fille). Les recherches ont également montré qu’il y a un fort facteur génétique impliqué dans le développement de l’autisme, avec une forte similarité entre des jumeaux (environ 70 % de concordance) et une estimation de 80 % d’héritabilité. Cependant, il y a également une grande variété génétique impliquée dans le développement de la maladie qui rend difficile sa compréhension et nécessite une recherche pluridisciplinaire pour mieux en appréhender les mécanismes.

Grâce aux récentes avancées dans la recherche génétique, plusieurs gènes qui jouent un rôle important dans l’autisme ont été identifiés. Ils sont impliqués dans le développement et le fonctionnement des neurones, leur communication entre eux, et leur signalisation. Les gènes les plus souvent impliqués dans l’autisme sont ceux qui produisent des protéines appelées neuroligines et neurexines, qui aident les neurones à communiquer entre eux. D’autres, participent au codage des protéines régulatrices de l’expression génique. Des anomalies chromosomiques, comme des duplications ou des pertes de certaines parties de l’ADN, sont également liées à un risque accru d’autisme. Cependant, ces anomalies ne sont pas présentes chez tous les individus atteints d’autisme, et il reste beaucoup à apprendre sur les causes génétiques de ces facteurs. Les chercheurs utilisent maintenant des approches de recherche plus avancées pour étudier les parties non codantes de l’ADN et sur les expériences de l’enfant dans son environnement pour mieux comprendre les causes moléculaires de l’autisme.

LES MÉCANISMES moléculaires IMPLIQUES DANS L’AUTISME

Les gènes qui sont impliqués dans l’autisme peuvent affecter de nombreux processus qui se produisent dans le cerveau, comme le développement des neurones, l’expression des gènes, et la façon dont les cellules produisent de l’énergie. Ces altérations peuvent causer des problèmes dans la formation, la maturation et la stabilité des réseaux de neurones, ce qui peut causer des problèmes de communication et de comportement chez les personnes atteintes d’autisme. Par exemple, certaines mutations de gènes peuvent affecter la communication entre les neurones en réduisant la fonction des synapses (les vecteurs de transmission d’informations d’un neurone à l’autre).

D’autres, peuvent affecter la régulation de l’expression génique, ce qui peut modifier la façon dont les neurones se développent et se différencient, ou la façon dont ils réagissent à leur environnement. Il y a également des altérations chimiques qui peuvent modifier l’expression des gènes sans changer leur séquence d’ADN. Comprendre ces altérations moléculaires et leurs effets sur le cerveau est crucial pour mieux comprendre l’autisme et trouver des traitements efficaces.

Les approches expérimentales pour l’étude de l’autisme

Pour étudier les causes de l’autisme, les scientifiques ont besoin d’utiliser différentes méthodes. Ils peuvent étudier l’ADN pour voir si des variations génétiques sont liées à l’autisme, ou étudier comment les cellules communiquent dans le cerveau. Les scientifiques peuvent également utiliser des modèles animaux ou cellulaires pour voir comment les changements génétiques affectent les cellules et les organes du cerveau. Enfin, ils peuvent utiliser des approches de “big data” pour analyser de grandes quantités de données afin de trouver des modèles et des associations.

En combinant toutes ces méthodes, les scientifiques peuvent comprendre comment les gènes affectent le développement du cerveau et trouver de nouveaux traitements pour les personnes atteintes d’autisme.

 

Les thérapies pharmacologiques

Actuellement, il n’y a pas de traitement qui guérisse l’autisme, mais il existe des médicaments pour traiter les symptômes qui y sont liés. Les plus couramment utilisés sont des psychotropes, qui peuvent aider à réduire les comportements agressifs, répétitifs, obsessionnels, les troubles de l’humeur et de l’anxiété. Cependant, ces médicaments peuvent avoir des effets secondaires tels que la somnolence, la prise de poids et des troubles neurologiques. Des études ont examiné l’utilisation de médicaments ciblant des mécanismes spécifiques impliqués dans l’autisme, comme les récepteurs glutamatergiques (impliqués dans la mémoire) ou les transporteurs de neurotransmetteurs. Ces médicaments peuvent améliorer la communication et les comportements sociaux chez les personnes atteintes d’autisme. Cependant, développer de nouveaux traitements est un défi important, car la maladie est très complexe et affecte de nombreux mécanismes différents dans le corps. Des approches de médecine de précision pourraient aider à identifier les sous-groupes de patients ayant des caractéristiques spécifiques afin de développer des traitements plus efficaces et mieux adaptés à chaque patient atteint d’autisme.

 

Les thérapies comportementales et éducatives

En plus des médicaments, il existe d’autres traitements pour aider les personnes atteintes d’autisme à mieux communiquer, interagir socialement et gérer leur comportement. Ils sont appelés thérapies comportementales et éducatives et se concentrent sur l’apprentissage et la pratique de compétences sociales et de comportements appropriés.

Il y a plusieurs types de thérapies, comme :

  • L’ABA (Applied Behaviour Analysis, ou analyse comportementale appliquée) qui est une approche plus intensive et structurée,
  • La TCD (Thérapie Comportementale Dialectique), qui s’adapte aux besoins de chaque personne, la TEACCH (Treatment and Education of Autistic and related Communication Handicapped Children), qui utilise des supports visuels,
  • La PECS (Picture Exchange Communication System), qui utilise des images pour communiquer.

Ces thérapies ont démontré leur efficacité, mais il est important de noter que chaque personne atteinte d’autisme est unique et que les traitements doivent être adaptées à chaque besoin individuel. Les traitements comportementaux et éducatifs sont souvent utilisés en combinaison avec des médicaments pour obtenir de meilleurs résultats.

 

Les approches de thérapie génique

Les approches de thérapie génique sont une nouvelle méthode de traitement pour les personnes atteintes d’autisme. Elles visent à corriger les problèmes génétiques associés à cette maladie en introduisant des gènes sains dans les cellules affectées. Cette technique est particulièrement utile pour les formes d’autisme causées par des mutations spécifiques, comme le syndrome de Rett, le syndrome de l’X fragile et le syndrome de Timothy.

Le syndrome de Rett est causé par un problème dans le gène MECP2, qui est responsable de la régulation de l’expression des gènes. Les scientifiques ont développé des approches de thérapie génique pour corriger ces problèmes, en utilisant des virus pour introduire des copies fonctionnelles du gène dans les cellules affectées. Des tests ont montré que cette méthode peut améliorer les symptômes chez les animaux atteints de cette maladie.

Le syndrome de l’X fragile est causé par un autre problème génétique dans le gène FMR1qui est impliqué dans la régulation de la synapse. Des scientifiques ont développé une approche de thérapie génique qui utilise une technique appelée CRISPR/Cas9 pour cibler la région mutée et la supprimer. Cette méthode a également montré des résultats prometteurs chez les animaux atteints de cette maladie.

Le syndrome de Timothy est causé par une autre anomalie dans le gène CACNA1C, qui est impliqué dans la communication neuronale. Les scientifiques ont développé une approche de thérapie génique similaire à celle utilisée pour le syndrome de Rett, en introduisant des copies saines du gène dans les cellules affectées. Cette méthode a également montré des résultats prometteurs chez les animaux atteints de cette maladie.

Il est important de noter que ces approches de thérapie génique sont encore en développement et doivent être rigoureusement testées pour s’assurer qu’elles sont efficaces et sûres. Cependant, elles présentent un grand potentiel pour traiter les formes d’autisme liées à des problèmes génétiques spécifiques.

Conclusion

L’autisme est un trouble du développement du cerveau qui est influencé par des facteurs génétiques et environnementaux. Les recherches ont permis d’identifier de nombreux gènes et mécanismes impliqués dans l’autisme, ce qui permet de mieux comprendre cette condition et de développer de nouveaux traitements. Grâce aux avancées dans la recherche, il existe une meilleure compréhension de la complexité de ce trouble. Les nouvelles approches thérapeutiques, comme les médicaments personnalisés, la thérapie comportementale et la thérapie génique, offrent un grand potentiel pour améliorer la qualité de vie des personnes atteintes d’autisme.

Cependant, il est important de continuer à effectuer des recherches pour mieux comprendre la biologie de l’autisme et pour évaluer rigoureusement les nouveaux traitements avant de les utiliser chez les patients.

AVENIR SANTÉ MUTUELLE utilise des cookies de fonctionnement et de statistiques pour réaliser des mesures d’audience et améliorer votre expérience sur ce site. En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt et l’utilisation de ces cookies. A tout moment vous pouvez modifier vos réglages en cliquant sur "Préférences de cookies" en bas de chaque page.

J'accepte

Paramétrez vos cookies

Afin de vous assurer une navigation optimale, nous utilisons plusieurs types de cookies.
Vous pouvez les désactiver au cas par cas.
Sachez toutefois que le fait de les désactiver peut vous empêcher d’accéder à certaines fonctionnalités.

Consultez notre politique de cookies

Statistiques

Accepter l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques et vous proposer des offres adaptées.

  • Non
  • Oui